Le fruit des fendus

Le fruit des fendus

Je pense donc j'hésite.

P. Boutin

Couverture fruits 1

Le fruit des fendus, Patrick Boutin, collection P'tits Cactus, ISBN: 978-2-930659-46-6, 7 €

 

Une dame demanda un jour à Henri Jeanson : «Comment diable Jean Cocteau, qui est si amusant, si surprenant, si drôle, si cocasse dans la conversation, fait-il pour être aussi ennuyeux dans ses films ? ». 

J'espère que ce petit livre pourra permettre de tromper l'ennui justement, car il paraît que je ne manque pas non plus de cocasserie, n'ayant pourtant pas inventé le fil à couper le beurre du cocassier.

C'est donc avec légèreté que j'ai écrit ce recueil, en essayant avant tout de me divertir avant que de distraire les autres, tous les plaisirs étant salutaires, puisqu'il faut se hâter de rire de tout, n'est-ce pas ?

J'ai voulu fuir l'ennui parmi les pirouettes et les pieds-de-nez, me moquant de la profondeur. J'ai souvent songé à Jean Yanne, qui disait : « Plus je souris, plus j'ai l'air triste ».

 

Patrick Boutin

 

Qui est l'auteur ?

Patrick Boutin est né à Boulogne sur mer, habite à Paris avec son épouse et leurs deux enfants, père au foyer, il a 47 ans.

Il a publié

Tueurs en chérie, Ska éditeur (édition numérique), novembre 2015.

Couv tueurs en cheriesProjets en cours

Corps et âmes – nouvelles

La fin des haricots – nouvelles

Zbeul - nouvelles

Il collabore à d’innombrables publications telles que Même Pas, Peur, L'ampoule, Catarrhe, Microbe, L'autobus, La tribune du Jelly Rodger, FPM, Lélixire, Portique, Chemin-faisant, Le dézopilant, Empreintes, Traction-brabant, Han Han Magazine, Infusion, Créatures, Poesiano, Accent libre, Mille et un poètes

Il est aussi peintre et dessinateur, on découvre son travail ici : http://www.patrick-boutin.com/

Photo p boutin

 

Interview de Patrick Boutin

 

Peux-tu nous présenter Le fruit des fendus en quelques mots ?
 
Ce livre, je l'ai un peu écrit en songeant à Jean Yanne, mort le jour anniversaire de ma naissance, comme Henri de Régnier, mes deux idoles... Le poids des mots, parfois, c'est la légèreté : sérieux s'abstenir ! 
Des textes érotiques au milieu d'aphorismes ? Et pourquoi pas : en songeant à Simenon, je me dis que c'est peut-être la pipe le fruit des fendus...
   
Et nous raconter ton parcours littéraire ? / artistique
 
"C'est en lisant qu'on devient liseron", disait Vassiliu...
 
En matière d'aphorismes, quelles sont tes références, tes "maîtres" ? Et en matière de littérature érotique ?
 
- De Karl Kraus à Jean Yanne en passant par Achille Chavée et Pierre Dac.
- J'adore Sade, Pierre Louÿs, Théophile Gautier et son godemichet, "L'enfer de poche" de Pierre Gripari : ceux qui me font rire !
 
Pourquoi (ou comment) es-tu arrivé chez Cactus, toi le Parisien qui dois connaître pas mal d'autres éditeurs ?
 
J'ai toujours rêvé de la Belgique : enfant dessinant des bd ; jeune-homme quittant ma province : ce sera Paris ou Bruxelles ! Ce fut Paris, à qui je laisse mon lit, chanterait Dick Annegarn... J'ai découvert "Cactus inébranlable" par hasard en faisant des recherches sur Sternberg... Qu'un éditeur publie des inédits de cet autre "grand Jacques" : bravo !  
 
Tu es un artiste polyvalent, quel est ton moyen d'expression privilégié ?
 
Tout est bon !
 
Tous genres confondus, quels sont tes auteurs favoris.
 
Des centaines... S'il faut choisir : Paul Claudel, Henri de Régnier, Edmond Rostand, Alexandre Vialatte, Pierre Desproges, Sacha Guitry, Pierre Gripari, G.K. Chesterton, Giovanni Papini, Léon Bloy... tant d'autres. 
 
Que détestes-tu le plus chez les poètes ?
 
Le manque d'humour.
 
À quelle question à laquelle je n'ai pas pensé voudrais-tu répondre ?
 
Celle-ci.
 
Et qu'y répondrais-tu ?
 
Merci de me l'avoir posée.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×