Calmez-vous !

Calmez-vous

 I n’a todi  ine sacwè qui va bin ! 

Les chroniques de Jean-Michel de Beyne-Heusay en livre et en CD, disponible dès le 24 septembre 2013

couverture-11-09-2013-1.jpg

Le livre

En partenariat avec logo-20vivacite-20fond-20transparant-1.jpg

 et

logo-blanc-1.jpg

pochette-cd-1.jpgLe CD... enfin, la pochette 

 

Livre et CD, vendus ensemble pour 15 € !

Pour commander: envoyez un mail à cactus.inebranlable@gmail.com ou téléphonez au 0497/76 35 55

 

 

La préface de Jean-Jacques Brunin, l'homme qui a découvert Jean-Michel

La radio, c’est magique ! Depuis le temps que j’en fais, je me le dis tous les jours. La radio laisse une place considérable à l’improvisation, à l’imprévu et à la surprise. Son  charme  et sa force  viennent de là.

Les « Enfants de Chœur » sont nés un beau dimanche, le 5 septembre 2010 sur les ondes de Vivacité. Le point de départ  est  assez basique : un animateur et quatre chroniqueurs qui laissent libre cours à leur inspiration et à leurs délires  entre 9 et 10 heures, avec un ton et  une impertinence  jamais entendus à une heure aussi matinale, qui plus est, le dimanche, jour du Seigneur.  Le public  réagit au quart de tour,  séduit et/ou désarçonné  selon  les mails louangeurs ou vengeurs qui se sont mis à pleuvoir sur l’équipe, dès les premières émissions.

Quatre mois plus tard, en  janvier 2011,  pour étoffer le contenu, nous installons un répondeur téléphonique destiné à recueillir les avis et les commentaires des auditeurs. Nous ne serons pas déçus : ceux qui ne nous aiment pas nous abreuvent de leurs critiques déversant leur fiel sans compter.

Jusqu’au message d’un OVNI, « un Original  Vivant Non Identifié », qui se présente sous le nom de  Jean-Michel de Beyne-Heusay. Ce  23 janvier, je découvre un message très farfelu : une voix bizarre, un phrasé unique, un personnage singulier, un olibrius drolatique qui explique être tombé sur nous par hasard alors qu’il cherchait la messe. Le dimanche suivant, je fais découvrir à l’équipe et aux auditeurs ce fameux Jean-Michel : on en reste tous pantois. Deux semaines plus tard : un autre  message  de notre nouvel ami qui détaille l’Apocalypse selon  Saint Jean, lu à la messe le dimanche d’avant. Pas de doutes, ce type est un vrai cadeau du ciel, il est à la fois  unique et comique.

Désormais, on ne peut plus se passer de Jean-Michel, le public le réclame  et il se fera un « devoir » de nous laisser chaque dimanche un nouveau  message qui a le don de nous étonner et de nous faire rire.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là ! La plupart des auditeurs et amis de l’émission  doutent  de son existence.  « Jean-Michel de Beyne-Heusay est sûrement  joué par un des chroniqueurs »  ou « c’est un humoriste connu qui se cache derrière cette voix bizarre ». En réalité, Jean-Michel est tellement drôle, inattendu, doué et plein de bon sens qu’il  ne peut être que du métier. Eh bien non, Jean-Michel est un vrai auditeur qui a un talent et une vérité exceptionnels. Le génie de Jean-Michel - je n’hésite pas à parler de génie - est qu’il traite de sujets d’une grande banalité, de choses de la vie de tous les jours et qu’il en fait des histoires à mourir de rire quand il les passe par le prisme de son intelligence subtile et de sa naïveté.

Rapidement, nous avons donc donné un visage et un corps en l’accueillant  à nos enregistrements. Il est venu  en fin de saison 2012, à  Temploux pour ensuite  nous rejoindre le plus souvent possible dès que ses horaires de travail le permettent. Aujourd’hui, les auditeurs nous demandent systématiquement si Jean-Michel de Beyne-Heusay sera présent également à l’enregistrement auquel ils veulent assister.

Le livre et le CD que vous tenez entre les mains reprennent les meilleures chroniques (mais ne sont-elles pas toutes bonnes !) de Jean-Michel. Vous allez pouvoir écouter en boucle ses observations si justes, son bon sens wallon et sa philosophie étincelante. Longue vie à Jean-Michel qui me dit souvent qu’il ne serait rien sans « Les Enfants de Chœur ». Et moi, je lui réponds que « Les Enfants de Chœur » ne seraient pas aussi populaire sans lui… 

Au moins  « I n’a todi  ine sacwè qui va bin ! »

Bonne lecture, bonne écoute !

 

Le portrait de Jean-Michel par son éditeur

Ce qui frappe chez Jean-Michel, c’est sa capacité à se poser des questions auxquelles personne ne pense, sauf peut-être l’enfant de 5 ans qui s’émerveille de tout et pose sans arrêt ces pourquoi ? qui laissent souvent l’adulte sans voix.

En effet, qui s’est déjà offusqué de la présence sur le manège de la kermesse d’un camion de pompier DEVANT une navette spatiale, déduisant de cette observation que le camion est forcément plus rapide que la fusée ? Eh bien, Jean-Michel, ce constat le tracasse et il cherche à comprendre. Il réfléchit et ça lui donne mal à la tête parce que sa vie n’est pas simple et il en fait le constat chaque jour.

En fait, tout l’agace, Jean-Michel : les fenêtres des maisons qui s’ouvrent toujours par l’intérieur, la difficulté de couper équitablement une tarte en 7 ou en 9, le nombre de pharmacies dans les rues de Liège, les vertiges de son amie du mardi et son bras trop court qui l’empêche de nager tout droit ne sont que quelques-unes des préoccupations de Jean-Michel de Beyne-Heusay, le nouveau philosophe qui va marquer de son empreinte l’histoire de la pensée de ce vingt et unième siècle.

Jean-Philippe Querton

 

cd-1.jpg

 

Quelques extraits 

Jean-Michel ne veut pas rendre l’eau de son bain

 

 Dernièrement, j'ai reçu ma facture d'eau dans ma boite aux lettres. Écoutez, je ne suis pas du genre à grogner sur tout, mais quand même... Je vais faire une comparaison : quand je vais dans mon petit café à Beyne-Heusay pour boire mon Orval, je le commande, je le bois, je le paie. C’est normal, puisque je l'ai bu. Mais l'eau de mon bain, je ne la garde pas, qu'est-ce que j'en ferais d'ailleurs ? Donc, je leur rends ! Bon d'accord, elle n'est plus vraiment propre, mais je ne suis pas si sale que ça, quand même. Et eux, ils en font quoi de mon eau ? Eh bien, il la nettoie, la purifie un peu et puis il la remette dans le circuit ! Il la vende plusieurs fois ! Si ça se trouve, l'eau de mon bain de ce matin, c'est de l'eau que mon imbécile de voisin a utilisé quelques jours avant et qu'ils m'ont refilé en douce. C'est quand même un tout petit peu une escroquerie. Moi je dis qu’on devrait tous être solidaires. Tous ceux qui prennent des bains devraient garder l'eau de leur bain pendant quelques jours dans des seaux dans leur cave par exemple. Là, ils auraient l'air bête ceux qui distribuent l'eau, ils se demanderaient : « Mais où est-ce qu’elle est passée notre eau ?»

Je ne suis pas révolutionnaire, mais quand même, faut pas toujours se laisser faire.

Bon je vous laisse parce que ça fait une demi-heure que Helmut, mon chien, se regarde dans le miroir. Il doit penser que j'ai acheté un deuxième chien. Il n'est vraiment pas fait comme les autres.

 

 

Jean-Michel chez le docteur

 

L'autre jour, dans le bus, il y avait deux dames qui papotaient. Il y en a une qui dit, en se la pétant un peu : « Moi, ma fille, elle va épouser un médecin ». Comme si tous les autres métiers ne valaient rien, moi ça m'énerve des trucs comme ça. On va comparer deux métiers, par exemple, médecin et plombier : bon, commençons par le médecin. Quand on va chez lui, c'est qu'on est malade, au moins un petit peu, enfin, mais le médecin lui, il ne vous guérit pas. Ah non, pas du tout. Il vous dit juste ce que vous avez, ensuite il vous fait un papier, pour aller chercher des médicaments à la pharmacie, et il vous dit : « On se revoit dans 15 jours ». Bref, vous entrez chez lui, vous êtes malade, vous sortez de chez lui, vous êtes toujours malade, et en plus vous lui avez donné des sous. Imaginez la même chose avec un plombier : vous avez une fuite, vous appelez le plombier, jusque-là c'est normal. Il vient, il regarde partout et enfin, quand il est sous l'évier de la cuisine, il vous dit : « Ah oui, en effet, vous avez une fuite ici ». Vous lui demandez ce qu'il va faire et il vous répond : « Moi, rien du tout ! ». Il prend un papier sur lequel il note que vous devez aller chercher : deux mètres de tuyau de cuivre, des coudes, des raccords et une clé de 12 ! Il ajoute : «  On se revoit dans 15 jours » ! Vous penseriez quoi vous d'un plombier comme ça ?

Un autre exemple : dernièrement je suis allé passer un petit examen chez un médecin. Je rentre dans son cabinet, il me dit : « Installez-vous, mais rassurez-vous, tout va bien se passer ». C'est des phrases toutes faites, il n'en pense pas un seul mot, j'en suis sûr ! Évidemment, il ne va pas vous dire : « Installez-vous, mais je vous dis tout de suite, ça va très mal se passer ! ». Plus tard dans l'examen, il ajoute : « Attention, ici, ça risque de faire un petit peu mal ». Oui, mais, c'est quoi son petit peu ? Parce que moi, un pantalon un petit peu trop court, je sais ce que c'est. Une soupe un petit peu trop chaude, je sais aussi. Mais un petit peu mal, c'est quoi ? Si ça se trouve, il ne le sait pas non plus. Si ça se trouve, il n'a jamais passé ce genre d'examen pour lui, ce gars-là. Et puis en plus, on a tous mal différemment ! Alors moi je dis, médecin ou plombier, tous les métiers se valent et puis c'est tout.

Bon, je vous laisse parce que je dois sortir encore mon chien. Il me semble qu'il est tout décalé, il doit encore être à l'heure d'été.

 

 

Jean-Michel trouve qu’ils exagèrent dans les Évangiles

 

 Moi, le dimanche matin, avant de me brancher sur les Enfants de Chœur, j'écoutais la messe. Seulement, dans toutes ces histoires, il y a un type que je n’ai jamais compris : c'est Joseph. Le gars, il est charpentier, à Nazareth, il a un petit atelier qui tourne bien, il fait des châssis, des portes, bref, tout baigne pour lui. Il rencontre une jeune fille, Marie. Elle est plutôt mignonne, ils se plaisent, ils sortent ensemble, se font des petits bisous, mais, comme ils sont très croyants tous les deux, ils décident de ne rien faire avant le mariage. Vous voyez ce que je veux dire ? Joseph est d'accord et voilà donc qu’arrive le jour du mariage. Notre Joseph se dit : « Ça y est, cette fois-ci, je vais pouvoir y aller, j'ai le feu vert ». Mais alors, Marie, sa femme vient le trouver et lui explique qu'elle est enceinte, mais que l'enfant n'est pas de lui. Ça, il s'en doute bien Joseph, il est charpentier, mais il n'est pas idiot, il sait bien qu'il n'y a pas touché à la Marie. En plus elle lui annonce qu'elle doit rester vierge et qu'ils ne pourront donc jamais coucher ensemble. Comme si c'était pas suffisant, elle lui dit qu'il faut tout vendre et foutre le camp en Égypte, car Hérode veut tuer le gamin à sa naissance. Et notre Joseph, qu’est-ce qu’il fait ? Rien, il est d'accord sur tout et même, il continue à croire en Dieu..... Sincèrement, faut pas exagérer quand même. Imaginez ça à notre époque. Un ouvrier, appelons-le Gino, il travaille toute la semaine en usine et, le week-end, il sort en boite avec des potes. Un soir, Gino rencontre une jolie jeune fille, ça colle bien entre eux et donc ils décident de sortir ensemble. Comme ils sont très catholiques tous les deux - peut-être sont-ils d'origine italienne -, ils ne veulent rien faire avant mariage. Quand le grand jour arrive, le mari se dit : « Ça y est, cette fois-ci, elle va y passer ». À ce moment-là, son épouse vient le trouver et lui explique qu'elle est enceinte, mais que ce n’est pas de lui. Il le sait bien l'homme, que ce n’est pas lui le père, ça fait 3 mois qu'il se prive et il est prêt à exploser ! Elle ajoute qu'elle doit rester vierge et qu'ils ne coucheront jamais ensemble et qu'il doit vendre son appartement, sa BMW, son écran plasma, parce qu'ils doivent se barrer en Égypte pour sauver le petit. Que pensez-vous franchement qu'il va faire, Gino, le mari ? Moi je pense qu'il va décrocher son téléphone, faire le 112 et faire enfermer sa femme chez les dingues ! Des fois franchement, ils exagèrent dans l'Évangile.

Bon, je vous laisse, parce que je me rencontre qu'il y a mon sapin qui ne clignote plus. Pour moi, les guirlandes, ça ne marche que jusque Noël, ces affaires-là, ça s'éteint automatiquement le 25.

 

 

421985-315082195216235-675080846-n-1.jpg 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×